Une plongée dans le

Lac Vert

Source texte : Grand Mag juillet 2017

C’est une couleur émeraude que le Lac Vert a retrouvé après les importants travaux effectués ces deux derniéres années. Avec la création d’une digue, le ruisseau a repris son indépendance avec le lac, répondant à des enjeux écologiques sur le long terme. De quoi ravir les catusiens, les habitants du Grand cahors et bien sûr les touristes pour cette saison estivale.

En 2015

Travaux preparatoires a ceux prevus en 2016. Confortement de la digue – barrage. Installation de la nouvelle vanne. Realisation de l’ouvrage permettant la peche de fin de vidange (prevue en 2016). Amenagement du bassin de decantation.

En 2016

Vidange du lac. Pose de la canalisation d’alimentation du moulin. Creation de la digue et du chenal devant accueillir le nouveau lit du ruisseau. Travaux de curage, plantation sur la berge de la rive gauche et enherbement de la digue. Realisation de l’ouvrage repartiteur du ruisseau pour alimentation du moulin et du lac.

En 2017

Remise du Vert dans son nouveau lit. Remise en eau du lac. Plantation d’arbres et boutures. Empoissonnement du lac. Reouverture a la baignade.

L’Attractivitée Renforcée

Depuis la réalisation des travaux qui s’est achevée en février 2017, le lac offre les conditions d’un accueil amélioré. Les familles y trouvent un lieu de baignade propre et sécurisé, ainsi qu’un espace de promenade et de loisirs, avec des jeux, canoés, pédalos, courts de tennis, aire de pique-nique. Les pêcheurs peuvent également apprécier l’introduction de poissons effectuée par la Fédération de pêche. Un ponton pour les personnes à mobilité réduite a été réaménagé, permettant de rendre ce loisir accessible à tous.

Un chantier exemplaire

Ce projet écologique a éveillé de nombreuses questions sur le ruisseau et la renaissance de la flore et de la faune. Comment la nature va- t-elle reprendre vie dans le Vert ? Quels seront les impacts sur le ruisseau et le lac ? Le suivi porte, en l’occurrence, sur la température de l’eau et l’évolution piscicole (variétés et quantités de poisson). Il est piloté par les acteurs du milieu aquatique : Fédération de pêche du lot, Agence de l’eau Adour- Garonne, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques.

Noah

13 ans, collégien et pêcheur amateur

«J’habite Nuzéjouls et je pêche depuis cinq ans, en particulier dans le Vert. Je viens ici de temps en temps, un peu plus depuis que les travaux ont été faits. Il y a plus de poissons maintenant. On y trouve des truites, des perches, des sandres, des black-bas… il y a aussi moins de vase, c’est mieux pour la pêche. »